The dirty secret of unwanted fashion – when the landfill meets your dress

Le sale secret de la mode non désirée - quand la décharge rencontre ta robe

 Image of clothing waste on the beach

Cette semaine, nous aimerions parler des effets très graves de la surconsommation de vêtements et de l'industrie du fast-fashion, qui entraîne d'énormes conséquences sur le bien-être des personnes, des animaux et de la planète. Des milliers de tonnes de vêtements jetés s'accumulent dans les pays d'Afrique et d'Amérique latine, souillant leurs sols, leurs océans et leurs merveilles géologiques avec des décharges de vêtements qui ne pourraient jamais être vendus ou donnés à des œuvres de charité.

La source du problème 

Des tonnes de vêtements invendus en provenance d'Europe, d'Asie et des États-Unis, dont beaucoup ont encore leur étiquette, sont transportés vers les portails de Port Tema au Ghana ou le paradis hors taxe du port d'Iquique au Chili, à des fins de revente. 

Les vêtements proviennent généralement des détaillants fast-fashion et sont fabriqués à partir de matériaux bon marché, souvent très chimiques et synthétiques, ce qui fait que le processus de décomposition peut prendre jusqu'à 200 ans. Rien qu'au Royaume-Uni, plus de 13 millions de vêtements sont jetés chaque semaine! Il faut ajouter que ce ne sont pas seulement les vêtements neufs qui finissent par être jetés, mais aussi ceux qui proviennent du marché de l'occasion. En raison de la quantité écrasante de vêtements donnés, les magasins de charité ne sont pas en mesure de les traiter, ce qui fait que les dons finissent à la poubelle, c'est-à-dire dans le désert d'Atacama ou dans les banlieues de la capitale du Ghana. Seuls environ 50% des vêtements donnés finissent dans les boutiques de charité, ce qui signifie que les vêtements auxquels nous espérons souvent donner une seconde vie... finissent en fait par être jetés de toute façon. 

La qualité extrêmement médiocre de la plupart des articles jetés, souvent gravement endommagés, rend impossible la revente des vêtements. Seules les meilleures pièces arrivent sur les marchés qui continuent de lutter pour faire correspondre l'offre à la demande. On estime que pas plus de 40 % des articles mis au rebut sont revendus, les 60 % restants formant les énormes décharges remplies de vêtements. 

L'Afrique de l'Ouest constitue l'un des plus grands marchés pour les vêtements d'occasion, avec 15 millions de pièces de vêtements arrivant chaque semaine dans la région, suivie par l'Amérique latine et l'Europe de l'Est, y compris des pays comme la Pologne ou l'Ukraine. Les plus grandes décharges de vêtements se trouvent au Ghana, en Gambie et au Cameroun et peuvent atteindre une hauteur de 10 mètres, certaines atteignant même les zones résidentielles.

Image of landfill at the beach

« Sur les 180 vestes d'été légères, 85 pièces étaient invendables : cols dégoulinants de sueur, boutons manquants et taches de sang sur la manche. » 

Emmanuel Ajaab - Importateur de vêtements ghanéens. 

Les rapports des organisations locales confirment que les déchets de vêtements sont enfouis dans le sable ou font l'objet de grands brûlages, un épisode de brûlage au Ghana ayant duré 11 mois ! La toxicité des matériaux non biodégradables dont sont faits les vêtements, ainsi que les produits chimiques utilisés pour créer les imprimés, contribuent à la pollution de l'air, du sol et même de l'eau autour des zones touchées. 

Au Ghana, pendant la saison des moussons, les tempêtes tropicales emportent les vêtements dans le réseau d'égouts à ciel ouvert, ce qui a pour conséquence de bloquer les systèmes de drainage, provoquant ainsi les inondations et la contamination. De plus, les plages d'Accra, la capitale du Ghana, peuvent être vues inondées par les vêtements revenus de l'océan Atlantique, qui ont voyagé dans les égouts ouverts. Les plages et l'océan sont visiblement remplis de longues chaînes de vêtements qui flottent ou traînent, s'emmêlent dans les étiquettes et tuent la vie marine.

Image of: organic clothing collection made by Organique, a sustainable fashion brand.

Que pouvons-nous faire?

Acheter moins et arrêter le cercle destructeur de la surconsommation en changeant les habitudes d'achat est le changement nécessaire qui doit être fait pour arrêter ou limiter les conséquences négatives apportées par l'industrie du fast-fashion. La production mondiale de vêtements a doublé au cours des 15 dernières années, il est donc en notre pouvoir, en tant que consommateurs, de contrôler nos envies de shopping et de considérer les dons de vêtements comme un dernier recours. 

N'oublie pas que les chances que ta robe finisse dans une décharge à côté du jardin de quelqu'un sont élevées. 

« Il est facile d'oublier que ce sont des choses que les éboueurs emportent, ou que nous envoyons dans des boutiques de charité, mais tout cela finit quelque part - et ce quelque part peut être le milieu du désert d'Atacama. » - Carry Somers - Activiste de la révolution de la mode.

Auteur: Agata Parylak

Retour au blog

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.